Les étapes de l’autoédition : Relecture et correction (1/9)

Vous avez écrit un livre, vous souhaitez à présent le publier. Pour diverses raisons, vous en êtes venus à vouloir vous éditer vous-même.

Certaines plateformes vous laissent croire que publier un livre, c’est simple comme bonjour. Devient écrivain qui veut et sans trop d’efforts.

C’est un miroir aux alouettes. Bien sûr, vous pouvez publier votre livre en peu de temps. Mais vous en vendrez une dizaine, une vingtaine peut-être, et vous aurez du mal à faire connaître votre travail.

Pourquoi ? Parce que le métier d’auteur indépendant est un métier à part entière, qui suppose d’endosser de nombreuses casquettes et de développer des connaissances et des compétences sur plusieurs domaines.

Vous souhaitez publier votre livre pour vos proches, pour vous, juste comme ça et sans ambition particulière ? OK. Mais si vous vous sentez une véritable vocation d’auteur, si vous avez envie de publier plusieurs livres, d’avoir des lecteurs, que votre travail soit lu et apprécié, alors ne brûlez pas les étapes !

Etape n°1 : Relecture et correction

Ne jamais, jamais négliger cette étape. Car c’est votre réputation que vous mettez en jeu. Les lecteurs vous pardonneront même une couverture moyenne, mais ils ne transigeront pas sur les fautes d’orthographe et de syntaxe. Car des fautes trop fréquentes gêneront la lecture et la lisibilité de votre écrit. Vous perdrez à terme toute crédibilité.

Donc on relit et on corrige ! Pas qu’une fois. Autant de fois qu’il le faut.

Pas seulement l’orthographe. Egalement la structure des phrases. Tentez de repérer d’éventuelles répétitions (on en fait tous !), des passages qui ne sont pas clairs.

Poussez le perfectionnisme jusque dans la bonne place de la ponctuation. Certes, beaucoup n’y prêteront pas attention, mais des gens tatillons comme moi voient tout de suite quand un point n’est pas correctement positionné ou qu’une majuscule manque.

Vérifiez tout. Ne désespérez pas si vous trouvez beaucoup de coquilles : c’est notre lot à tous !

De même, n’en restez pas à votre premier jet, sauf si vous en êtes extrêmement satisfait. Tant qu’il y a un chapitre, un paragraphe, une phrase, un mot qui ne vous convient pas parfaitement, c’est que vous devez retravailler votre écrit. Ne bâclez pas parce que vous en avez marre !

Ne vous contentez pas de votre regard, faites appel à ceux des lecteurs. Demandez à votre famille et vos amis de vous relire. De préférence, demandez aussi à des bêta-lecteurs qui ne vous connaissent pas personnellement (il y a plusieurs groupes Facebook qui mettent en relation auteurs et lecteurs, dans un esprit d’entraide, notamment Auteurs cherchent avis, chronique ou beta-lecture.

Pour ce qui est de l’orthographe et de la syntaxe, si besoin est, n’hésitez pas à faire appel à un correcteur professionnel. Ce spécialiste de la langue française vous aidera à parfaire votre écrit, moyennant des tarifs variables. Un conseil : ne faites pas confiance à ceux qui proposent les prix les plus bas pour ce seul motif ! Auteur et correcteur doivent travailler dans un climat de confiance mutuelle. Vous pouvez tout à fait demander la correction de quelques pages afin de vous faire une idée, plutôt que de confier l’ensemble de votre oeuvre d’un coup.

A noter que souvent, les tarifs sont dégressifs selon le nombre de pages (du moins, je fonctionne ainsi, comme un certain nombre de correcteurs). De plus, le correcteur honnête n’est pas là pour vous soutirer toutes vos économies. Si vous avez des difficultés financières, abordez le sujet dès le début : un arrangement est souvent possible (paiement échelonné, dégressif, etc).

Evitez comme la peste les éditeurs à compte d’auteur qui vous feront verser des sommes astronomiques pour la correction de votre livre (pour un résultat pas toujours à la hauteur). Comparez avec les tarifs des correcteurs indépendants : vous verrez la différence.

Dernier point : un livre sans coquilles, c’est bien. Mais ne le desservez pas en écrivant des messages bourrés de fautes sur les réseaux sociaux ou sur votre blog. Voilà le meilleur moyen de repousser d’éventuels lecteurs ! Votre écriture doit être soignée en toute circonstance !


 

A suivre la semaine prochaine : Etape n°2 : le fond ne va pas sans la forme !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s